Quitter le salariat un an après!

Le 17 avril 2018, un jour assez spécial, ça fait plus d’un an maintenant, que j’allais à reculons au travail, je tirais la tronche au bureau la boule au ventre, bref pas du tout réjouissant. 

  • Se faire réveiller à 6:00 par mon Tél. 
  • Se lever. 
  • Avaler un thé et un petit Dej. 
  • Se préparer. S’habiller. Partir. 
  • Vaincre les embouteillages, déposer ma fille à l’école, et jouer des coudes avec les voituriers pour arriver en retard de 20 min au boulot. 
  • Ouvrir son ordinateur et un fichier pour faire semblant que l’on est déjà à fond depuis 2h. 
  • Aller à la machine à Café. Papoter un petit peu avec les collègues. 
  • Passer 8h à faire des Excel, des PowerPoint, boire des cafés, des réunions, répondre au téléphone et regarder les photos des inconnus sur Instagram pour me défouler. 

C’était mon quotidien !

Ouais ce n’était pas le rêve! Mais j’avais un salaire, des collègues sympas, un domaine qui me passionnait, souvent en séminaires et en formations… 

De l’extérieur ça paraissait parfait. Seulement je ne supportais plus devoir demander à mon Boss pour partir en vacances. Je ne supportais plus faire des réunions et des présentations de projet sans aucun sens. J’avais envie de créer de le richesse, d’exprimer mes idées, de voir grand et de disposer de mon temps. 

Quitter mon CDI était mon eldorado, j’ai écrit ma 1ère lettre de démission Fin 2017, j’ai hésité beaucoup avant de la déposer, je l’envoie en février 2018, après je reçois une augmentation, je voyage pour faire pause. À ma rentrée, la boule au ventre me revient, j’hésite… je pense à mes charges, à mes engagements familials, je mijote mon sentiment de confort…

18 AVRIL 2018 JE QUITTE ! 18 AVRIL 2019 1er CHÈQUE CLIENT encaissé

Il m’a fallu un an pour que cette idée se concrétise, le 18 avril 2018, est le jour où je quitte réellement mon Job. Le 18 avril est un jour de renouveau, un jour de conciliation avec ma personne, un jour où j’ai dit NON à mes croyances limitantes et OUI à la prise de risque et aux nouvelles opportunités.

Il m’a fallu un travail colossal sur moi, sur mon mindset pour appréhender ce changement. Je ne vous cache pas mais j’ai dû faire face à ma peur d’échouer, ma peur de tout plaquer et de se retrouver sans rien, ma peur d’être juger, ma peur de manquer d’argent, ma peur de m’exposer… 

Un combat que j’ai tenu et que je tiens toujours pour sortir de mon conditionnement de mon état d’esprit limitant. Pour aller affronter l’inconnu, et aller à la rencontre de mon potentiel réel.

Un an de liberté professionnelle

Aujourd’hui je fête, un 1 an de liberté professionnelle, je fête par la même occasion l’encaissement de mon premier chèque de client officiel dans ma société Manager plus . Je ne sais pas pour vous, mais je ne crois pas au hasard, je crois du fond de cœur que le bon Dieu a bien fait les choses, qu’en ce jour même, je reçois ce chèque, une reconnaissance symbolique envers ce que j’ai enduré toute cette année, une récompense de mon combat avec mes insécurités, mes doutes, mes peurs et mes challenges.

Ce qui est sur ce que je suis toujours en début de chemin, mais ce que j’ai découvert en cours de cette magnifique aventure, est d’une autre dimension. Ce n’est pas le salariat en soi que je n’aimais pas mais ce que ça implique. Bien plus que le choix d’un simple statut entrepreneur ou salarié, il s’agit plutôt d’une philosophie et d’un style de vie avec ses hauts et ses bas. 

Un prix emblématique de mes différentes tentatives, différentes présentations, différents business plans, mes appels répétitifs, mes RDV non aboutis…

Ce que je retiens aussi, c’est que si vous voulez faire quelque chose (Créer votre boite, apprendre une langue, changer vos habitudes alimentaires, écrire un livre…), faites une première petite action, arrêtez d’attendre le moment parfait, ce moment quand vous serez préparés, bien outillés, bien formés… Parce que _devinez quoi_ vous ne le serez jamais !

Lancez-vous, évaluez, corrigez, développez, et puis relancez-vous à nouveau, c’est tous simplement comme ça que vous allez créer votre changement.

Et à chaque moment, où vous sentez perdre votre objectif de vue, reposez-vous la bonne question du pourquoi vous avez pris cette décision le 1er jour ! 

Parce que l’important ce n’est pas ce que l’on fait mais pourquoi on le fait !

Comments
Loading...